Challenge : "Do you speak Manga?"

[Do you speak Manga?] – édition 2019

logochallenge3

Bonjour tout le monde !

En ce 31 décembre, l’édition 2018 du challenge Do you speak Manga? touche déjà à sa fin, et je remercie encore toutes les personnes qui ont participé à l’aventure !

Pour cette nouvelle édition 2019, la formule sera très différente et offrira une nouvelle approche de lecture, mais j’espère qu’elle permettra à tout le monde de faire de jolies découvertes et d’échanger avec les autres participants (ne restez pas dans votre coin, c’est pas drôle 😛 )

Personnellement, j’ai choisi la formule avec des points pour une expérience plus complète de cette nouvelle version, et parce que je me suis un peu attachée à la liste de référence qui a bien grandi depuis la première édition de 2017 😆

J’ai créé une page sur mon blog qui me permettra de tenir à jour ma progression, n’hésitez pas à y jeter un oeil de temps en temps pour voir quelles lectures j’ai choisi d’associer aux différentes consignes !

J’ai aussi ajouté 5 recommandations à la liste de référence, en espérant qu’elles plairont à d’autres personnes ^^ Je vous laisse les découvrir ci-dessous !

Mes recommandations

Kingdom (Yasuhisa HARA) – éditions Meian

Manga - Kingdom

Résumé : Dans la Chine de l’époque des Royaumes Combattants qui va du Ve siècle av. J.-C. jusqu’à l’unification des royaumes chinois par la dynastie Qin en 221 av. J.-C), on suit le jeune Shin dans son chemin vers l’accomplissement de son rêve : devenir un Grand Général. Shin est originaire de l’état de Qin, en proie à de nombreux soubresauts aussi bien à l’intérieur du royaume qu’à l’extérieur. À travers l’histoire de Shin, on suit aussi notamment l’histoire de Ei Sei, l’homme qui sera par la suite connu sous le nom de Qin Shi Huang, unificateur de la Chine.

Pourquoi ce titre ?
J’ai lu le tome 1 juste avant qu’il ne soit annoncé en France et j’avais beaucoup aimé ! S’agissant d’un seinen historique, il avait a priori tous les ingrédients requis pour me plaire, et je me souviens avoir été étonnée de constater qu’il n’avait jamais été licencié chez nous. Aussi ai-je été ravie d’apprendre que Meian allait remédier à ce manquement : j’ai donc décidé de patienter et de laisser un peu d’avance à la publication avant de lire la suite.
Les avis que j’ai pu lire dessus, associés à ma première impression et au succès que la série remporte au Japon avec plus de 50 tomes parus, me confortent dans l’idée que ce titre a toute sa place dans le challenge.

***

Le Pavillon des hommes (Fumi YOSHINAGA) – éditions Kana

Résumé : Nous sommes au Japon, à l’époque Edo. Une terrible épidémie incurable ayant frappé la population masculine japonaise 80 ans plus tôt, la population masculine a chuté au point d’être réduite au quart de celle des femmes. Les garçons, ont donc été élevés avec grand soin, protégés, tandis que les femmes ont pris en charge tous les travaux quotidiens, la gestion des entreprises. Tous les rôles sont inversés ! En outre, les hommes étant devenus une denrée rare, seules les femmes les plus riches peuvent désormais s’offrir un mari. La charge suprême du shogun est également passée aux mains des femmes. Le shogun domine un pavillon interdit aux autres femmes qui abrite les 800 plus beaux spécimens masculins d’un monde qui en manque cruellement.

Mizuno, jeune séducteur, a intégré le pavillon des hommes du shogun, pour éviter un mariage avec un bon parti que sa mère voulait lui imposer. Il y reçoit un salaire qu’il fait parvenir à sa famille. C’est les larmes pleins les yeux, qu’Onobu, son amie d’enfance et amour secret, l’a laissé partir. Une hiérarchie complexe divise les hommes du pavillon en différentes catégories. Mizuno, entré dans la classe la plus basse va réussir à grimper les échelons de par sa force inhabituelle dans une population masculine globalement surprotégée.

Toutefois, la supériorité au sabre de Mizuno notamment, si elle lui permet de se faire remarquer par le nouveau shogun, lui attire également des inimitiés dans cet univers clos rongé par l’orgueil…

Pourquoi ce titre ?
Si vous avez lu ma chronique, vous savez déjà que, comme pour Kingdom, ce titre a eu le mérite de piquer mon intérêt dès le 1er tome.
Uchronie donnant le pouvoir aux femmes tout en faisant des hommes une « espèce » rare et précieuse, elle offre une approche (fictive) intéressante et originale du Japon du XVIIIe siècle et j’ai hâte de voir comment l’intrigue va progresser !

***

Le chant des souliers rouges (Mizu SAHARA) – éditions Kazé

Manga - Chant des souliers rouges (le)

Résumé : Deux collégiens aux passions contrariées. Le hasard d’une rencontre. Des chaussures rouges échangées. Devenu lycéen, Kimitaka découvre que suite à ses encouragements, Takara, la fille à qui il a confié ses baskets, s’épanouit le ballon à la main. Inspiré, il décide à son tour de ressortir les souliers rouges pour se lancer dans le flamenco… et, peut-être, se trouver lui-même.

Pourquoi ce titre ?
Je voulais absolument intégrer un titre de Mizu SAHARA à la liste du challenge, car c’est une autrice que j’adore pour la force qu’elle parvient à insuffler à ses histoires à travers un dessin pourtant délicat et plein de sensibilité.
Le chant des souliers rouges explore des thèmes propres à l’adolescence : les complexes, la recherche de soi et de sa place dans la société, le harcèlement scolaire et, d’une manière plus positive, la découverte d’une passion qui nous remet sur les rails et nous donne une raison d’avancer, malgré tout.

***

Eclat(s) d’âme (Yûki KAMATANI) – éditions Akata

Manga - Eclat(s) d'âme

Résumé : « Deux jours avant les vacances d’été, je crois que… je suis mort ». C’est ce qu’a pensé Tasuku le jour où un de ses camarades de classe lui a piqué son smartphone, alors qu’il était en train de regarder une vidéo gay dessus. La rumeur s’est répandue comme une trainée de poudre. Tasuku, pense alors à se suicider, ne pouvant supporter cette réalité dont il n’avait pas encore complètement conscience lui-même, mais aussi par peur du regard de la société. Pourtant, alors qu’il s’apprête à sauter dans le vide, il aperçoit, au loin, une mystérieuse silhouette de jeune femme qui le devance et… saute dans le vide ?! Intrigué, terrorisé, il s’élance vers l’endroit d’où elle a sauté. Il y découvre, stupéfait, que la jeune femme est encore en vie, et qu’elle est l’hôte d’une sorte de résidence associative, véritable safe space où se réunissent diverses personnes LGBT. De rencontre en rencontre, le jeune lycéen va apprendre à se connaître, à s’accepter, et trouver sa place dans le monde.

Pourquoi ce titre ?
Je pense que le résumé ci-dessus dit tout : il s’agit pour moi d’un titre nécessaire, avec un vrai message, servi par des dessins magnifiques et empreint de poésie.
Je n’ai lu que le tome 1 pour le moment, mais je le considère déjà comme un must read.

***

Ginza Neon Paradise (Unohana) – éditions Taifu Comics

Résumé : Tokyo, quartier de Ginza, 1948. Aoi, au bord du désespoir, attend le retour de son ami d’enfance Takahiko depuis la fin de la guerre. Celui-ci débarque un jour sans crier gare et lui avoue nonchalamment qu’il est revenu depuis deux ans, mais qu’il n’a pas trouvé le temps de le prévenir… Aoi explose de rage, lui n’a pas été capable d’oublier la nuit qu’ils ont passée ensemble avant son départ. Qu’est-il arrivé à son ami après la guerre ? Pourquoi n’a-t-il donné aucun signe de vie ? Désormais, Aoi veut des réponses aux nombreuses questions qui le tiraillent.

Pourquoi ce titre ?
Il me fallait au moins un BL dans ma sélection, et le choix n’a pas été simple.
Si j’ai retenu Ginza Neon Paradise, c’est parce qu’il fait partie des titres du genre qui m’ont le plus marquée cette année : il s’en dégage une ambiance particulière, nostalgique, qui fait que j’y repense encore des mois après l’avoir lu, et je crois que j’y reviendrai régulièrement.
Contrairement à beaucoup d’autres BL, les scènes « explicites » , en plus d’être rares, sont ici placées dans un contexte précis qui leur donne une raison d’être et une dimension particulière qui m’avait beaucoup touchée.

***

Voilà, c’est tout pour mes recommandations ! J’ai tenté de varier les genres et les maisons d’édition, et j’espère que vous trouverez votre bonheur parmi l’un de ces titres !

Je vous souhaite dores et déjà un bon challenge ainsi qu’une excellente année 2019, pleine de belles découvertes livresques ! 🎉

Publicités

Un commentaire sur “[Do you speak Manga?] – édition 2019

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s